mardi 24 décembre 2013

Réjouissances !

À partir d'aujourd'hui midi, et comme ce fut le cas précédemment, nous nous déclarons en trêve de fin d'année.

Par conséquent, pendant 8 jours, nous nous refuserons à publier tout article fondé sur ce qui fait notre spécificité : la contre-offensive polémique par analyse dé-constructive des arguments de l'adversaire.
 Du moins quand leur caractère fallacieux nous semble avéré.
 Quitte à attendre un peu avant de répondre aux provocations de dernière heure comme ce fut le cas l'an dernier : voir notre article "Fin de la trêve : retour au front".
 Nous souhaitons donc à tous, bien entendu, que les réjouissances à venir leur soient extrêmement agréables mais aussi que nul, en cette occasion comme en d'autres, ne soit tenté de se laisser aller à l'abus de consommation et aux dangers qui en découlent.
 Même s'il donne des boutons aux fanatiques de tous bords, le maître mot, en cette période aussi, doit rester modération... sauf pour la joie, bien sûr, que nous vous souhaitons immodérée !
.
   À chacun, à sa famille et à ses amis :
.
   Excellentes fêtes de Noël et de nouvel an !!!

lundi 23 décembre 2013

Double langage ? (2)

Suite de notre article du 04/12/2013

Le fait considéré
 Prenons à présent une réponse intéressante de Mme Agnès Buzyn à la question que tout le monde attendait, celle qui concerne les 49000 décès "Hilliesques".
Question posée par l'animateur, Gérard Desportes :
Pour vérifier, on procédera comme précédemment, en cliquant sur ce lien :
http://www.youtube.com/watch?v=YiYuLR2T6aQ#t=5, mais cette fois-ci en allant à 22mn 30sec et en écoutant. jusqu'à 23mn 35sec.
.
Question posée en substance par l'animateur, Gérard Desportes à Mme Buzyn :
«Ce chiffre de 49000 décès qui fait polémique... est-ce que pour vous c'est un chiffre qui correspond à une réalité clinique française» ?
Réponse de la dame :
«Alors les 40000 décès qui sont avancés par une épidémiologiste qui s'appelle Mme Hill, regroupent évidemment les décès liés au tabac, les décès liés aux accidents, les décès liés à la démence alcoolique, les décès liés aux cirrhoses du foie.

 En tant qu'experte du cancer, je ne peux avancer que le chiffre de 15000 décès, c'est à dire à peu près 1/3, qui sont liés à l'alcool et ça ce sont des chiffres issus des études de l'OMS. Donc 9%, 9,5% des décès liés au cancer en France sont dus à l'alcool et c'est 15000 décès. Çà ce sont des chiffres avérés.»
Commentaire
 Notons tout d'abord que Mme Buzyn semble prendre ses distances avec Catherine Hill.
Plus tard, d'ailleurs, en réponse à une question de Jacques Dupont, elle nous dira «je ne la connais pas, donc je n'ai pas d'opinion» (même source que précédemment, 1h 33mn 25s ). À noter que le «pas d'opinion», répondant à la question de Gérard Desportes, se référait non pas à la personnalité mais bien aux travaux de Mme Hiil. Nous y reviendrons plus bas
Il y a aussi, bien sûr, la mention du chiffre de 40000 au lieu de 49000, mais sans doute n'est ce qu'une erreur.
Une erreur, quand même qui pourrait être significative si on considérait que le subsconscient de cette dame la lui a imposée et qu'elle même, en son for intérieur, frémit devant la démesure de l'évaluation.
Ensuite, il y a l'indication des décès liés au tabac et là aussi peut-être Mme Buzyn a été amenée inconsciemment laisser échapper une référence involontaire au sujet que toutes les personnes soucieuses d'accabler l'alcool de tous les maux liés au cancer évitent en général soigneusement : l'éthylo-tabagisme.
Un sujet que Jacques Dupont, dans la question qu'il lui avait posée, avait abordé (encore la même source, 1h 33mn 10sec).
Et un sujet que nous avons largement exposé dans notre fiche "Éthylo-tabagisme et cancer des VADS".

Discussion sur un point particulier
 Mme Buzyn insiste beaucoup sur la source OMS (Organisation Mondiale de la Santé) des chiffres «avérés» qu'elle assène.
Allons donc sur le site de l'Institut National du Cancer et intéressons nous plus particulièrement à ce document :
 http://www.e-cancer.fr/prevention/alcool/espace-professionnels-de-sante.
 Effectivement,on trouve en 1° phrase : «Selon l'OMS, l'alcool est responsable de 9,5% des décès par cancer en France, soit environ 15 000 morts chaque année».
Mais force est aussi de constater que «les études OMS» évoquées par Mme Buzyn ne sont nulle part portées en référence.
 Par contre, si on descend un tout petit peu, jusqu'au 2° chapitre («Une augmentation du risque dose-dépendante»), on lit ceci : « Une étude publiée en 2013 note que la consommation de 13g d'alcool par jour, soit un peu plus d'un verre, est responsable de 1 100 décès. Elle indique également que, sur plus de 49.000 décès attribuables à l'alcool recensés en 2009 en France, 15 200 (9,5%) étaient dus à un cancer» (2° et 3° phrases).
.
 La source ne proviendrait-elle donc pas plutôt de l'inoubliable étude de Mmes Hill & C°, datée de 2013 et portant sur 2009 ?
Un travail qui a «bénéficié d’un financement de l’Institut National du cancer», voir 2° phrase sous le titre : http://www.e-cancer.fr/rss-prevention/7396.
 Or qui paye, commande !
Et qui veut accroître ses financements s'en donne les moyens... fût-ce au prix d'un investissement raisonnable.
.
Le lecteur aura noté au passage, à travers le dernier document produit, que l'Institut National du Cancer, présidé par Mme Buzyn, entérine effectivement les 49000 morts de Mme Hill.
 Alors il peut-être vrai que Mme Buzyn de connaît pas physiquement Mme Hill, mais franchement... est-ce que ça changerait quelque chose ?
 On peut toujours signer les contrats de partenariat par personne interposée, n'est-ce pas ?
.
 D'ailleurs, même à distance, il est fascinant de voir à quel point elles évoluent si bien ensemble !
Et l'osmose est de plus en plus réactive !
 Par exemple, lorsqu'en 2009 Mme Hill, estimait que pour l'année 2006 «la consommation d’alcool était responsable de plus de 9 000 décès par cancers», ce n'est qu'en 2011 que l'INCa reprenait ce chiffre dans une de ses "Fiches repères" (§ 1-2, page 2).
  Donc, selon les chiffres «avérés», il semble avéré qu'entre 2006 et 2009, baisse de la consommation d'alcool aidant (et surtout de vin), le nombre de décès par cancer imputables à l'alcool ait augmenté de près de 67% !
 Un bond historique !
Cela serait-ce dû à l'effet nocebo de l'attaque de février 2009 (voir notre fiche "L'affaire de la brochure") ?
 Ou à celui de certains financements ?
C'est en tout cas une nouvelle et éclatante démonstration du "Principe de Hill", selon laquelle plus la consommation de vin diminue, plus le nombre de décès par cancer augmente !
 Et au nom duquel, probablement pour lutter contre la surpopulation, Mme Hill demande l'hyper-taxation de "divin breuvage" : http://hlalau.skynetblogs.be/archive/2013/04/24/les-anti-vins-francais-ne-desarment-pas.html.
Force est de reconnaître que, n'étant pas médecin, c'est son droit de le faire puisqu'elle n'est pas liée par le serment d'Hippocrate...
.
Dernière précision
 Bien sûr, si Mme Buzyn souhaitait nous faire part du document OMS auquel elle se réfère, nous nous ferons un plaisir de l'examiner avec le plus grand soin !
 Pour le moment, les rapports de cette organisation, y compris ceux de son "bureau Europe", nous ont plutôt apporté des éléments qui, nous semble-t-il, confortent plutôt nos positions, même si parfois, au premier abord, ils semblent particulièrement alarmants.
 Par exemple celui-ci, qui nous apprend que «La population des 53 pays de la Région européenne de l’OMS est celle dont l’âge moyen est le plus élevé au monde. D’ailleurs, 9 des 10 pays affichant l’espérance de vie la plus longue se trouvent en Europe.» (1°§) : <a href="http://www.euro.who.int/fr/health-topics/Life-stages/healthy-ageing/data-and-statistics/10-facts-on-healthy.

lundi 16 décembre 2013

Prudence « recto-verso »

Nous avons reçu récemment par téléphone une information assez désagréable à entendre mais que nous n'avons pu vérifier, raison pour laquelle nous n'en révélerons pas la teneur exhaustive.

 Cependant, nous nous devons d'en tenir compte, nous semble-t-il, car elle émane d'une source qui, jusqu'à présent, a toujours été d'une grande fiabilité.
.
 C'est pourquoi, en l'occurrence, nous avons choisi la voie de la "prudence recto-verso".
C'est à dire que nous n'avons voulu :
a) ni prendre le risque de sembler vouloir faire un procès d'intention et insulter l'avenir,
b) ni nous exposer à perdre la confiance de nos fidèles lecteurs, qui pourraient être amenés plus tard  à nous adresser certains reproches dans le genre : «Vous saviez et vous nous avez induit en erreur, vous êtes donc complices de cette capitulation, &c...»
.
 Par conséquent, dans l'immédiat, nous nous sommes limités à modifier le texte de notre article précédent au moyen d'une seule et courte phrase ajoutée.
 Après «Mais bien sûr, aucun de ces successeurs n'envisage de laisser, au terme de son mandat, une situation en régression par rapport à celle qui prévalait lors de sa prise de fonction.» (à peu près à la moité du texte), nous avons ajouté : «Du moins nous l'espérons»...
.
.
Petit bonus : un commentaire que nous avons trouvé amusant  a été posté sur notre article du 4 dernier : http://www.honneurduvin.com/double-langage/#comments.

jeudi 12 décembre 2013

Un peu d’histoire…

 Lassés par de énièmes attaques perfides et outrancières contre le vin, le 8 décembre 2004, 7000 viticulteurs ont manifesté leur ras-le-bol en Avignon :
http://www.lequotidienlesmarches.fr/7000-vignerons-dans-les-rues-d-avignon-art29314-22.html.
 Beaucoup d'élus, en signe de solidarité, étaient présents à leurs côtés :  http://www.elusduvin.org/news_images/MANIFESTATION-D-AVIGNON-pdf_70.pdf.
 Plusieurs responsables professionnels prirent la parole et notamment Christian Paly pour la Confédération Nationale des Appellation d'Origine Contrôlée, Denis Verdier pour les Vignerons Coopérateurs de France, Xavier de Volontat pour les Vignerons Indépendants, Jean Huillet pour la Confédération Française des Vins de Pays...
 Et aussi, très brillamment, le regretté Jean-Michel Le Métayer.
Concomitamment, dans 7 autres villes d'autres manifestations se déroulaient pour la même cause : http://www.viti-net.com/actualite/france/article/les-viticulteurs-vont-manifester-dans-8-villes-mercredi-11-1087.html.
.
 Cette mobilisation ne "sortait pas de nulle part", mais avait bien plutôt germé quelques mois plus tôt au cours d'un très important colloque tenu à la Maison de la Chimie à Paris et organisé par l'Association "Vin et Société" (à l'époque une très légère structure) dont le président était alors Xavier Carreau :
http://www.viti-net.com/actualite/france/article/vers-un-amendement-parlementaire-pour-adapter-la-loi-evin-11-331.html.
.
 Tous les présidents dont nous venons de parler ont aujourd'hui laissé place à successeurs dans le cadres normal des alternances professionnelles.
 Mais bien sûr, aucun de ces successeurs n'envisage de laisser, au terme de son mandat, une situation en régression par rapport à celle qui prévalait lors de sa prise de fonction.
Du moins, nous l'espérons... (Modification expliquée dans l'article du 16/12/2003).
.
 Un bon moyen permettant de juger qu'une évolution pourra a posteriori être considérée comme une régression (et de quel degré) est d'estimer à quel point elle donnera satisfaction à ses adversaires.
.
 C'est à la suite des événements relatés plus haut que fut mis en place le Conseil de Modération et Prévention, et, par voie de conséquence, au terme d'un processus que nous avons décrit dans de précédents articles, la cessation des campagnes spécifiquement orientées ad vinum.
.
 Naturellement, la myriade de coteries oenophobes n'eurent de cesse, depuis cette époque, de réclamer avec virulence la suppression du CMP, refusant d'y siéger.
  Et démontrant ainsi leur niveau d'aptitude au dialogue.
.
 C'est le cas notamment de l'ANPAA, dont le directeur Mr Élineau, s'agissant de vin, parlait récemment de pédophilie, de néo-nazisme ou de répression à la chinoise. Voir notre article du 8 octobre dernier.
 Qui peut avoir envie de voir triompher un tel individu ?
.
Nota Bene : sur le même thème, on peut lire aussi nos articles des 25, 27 et 29 novembre dernier, ainsi que du 2 décembre.

mardi 10 décembre 2013

Le retour du DILGA

Ces derniers temps, plusieurs événements apparemment indépendants les uns des autres interviennent successivement et s'accumulent pour finir par révéler confusément un regain de menace...

 En fait, de moins en moins confusément.
Le dernier en date de ces événements, nous l'avons appris grâce  à l'excellent Hervé Lalau, et c'est le retour en scène de l'homme qui fut DILGA lorsque Mme Roselyne Bachelot était Ministre de la Santé, une vieille connaissance :  http://hlalau.skynetblogs.be/archive/2013/12/05/pas-de-retraite-pour-m-abstinence-8006106.html.
.
 Un personnage très dangereux dont nous avions peut-être un peu trop hâtivement fêté le départ vers d'autres fonctions.
 Des fonctions certes toujours honorifiques et gratifiantes, mais de par lesquelles il n'était plus en mesure d'exercer son enthousiaste nuisibilité à l'égard du vin :  http://www.honneurduvin.com/le-dilga-sen-va/.
.
 Le voici donc à la tête de l'ANSES (agence de sécurité sanitaire, alimentation, environnement travail).
C'est un lieu stratégique depuis lequel cet individu est en mesure à nouveau de mettre en œuvre de redoutables désinformations.
 Rappelons que nous avions déjà eu affaire à l'ANSES, puisqu'il nous avait été donné, il y a un peu plus de 2 ans, d'attirer l'attention, au travers d'un article, sur la parution d'un rapport très désagréable à lire et qui émanait notamment de 4 "compagnons de route œnophobe" de Mr Houssin : Mmes Latino-Martel, Barrandon et Druesne-Peccollo et aussi Mr Hercberg.
 Et puis nous avions présenté le rapport en question : Click.
 Ensuite nous avons pensé nécessaire de répondre par avance à une objection prévisible : re-Click.
Enfin, nous avions mené une contestation sur les termes et le fond dudit rapport et cela par le biais de 3 autres articles : le [1°], le [] et le [].
.
 Plein de bonnes intentions, Mr Didier Houssin nous annonce qu'il entend notamment, dans le cadre de ses nouvelles responsabilités, «assurer l’indépendance et la crédibilité scientifique des travaux de l’Agence» :  http://www.anses.fr/fr/documents/PRES2013CPA23.pdf.
.
 Gageons qu'il veillera à ce que ne soient pas publiées par l'ANSES des études aussi légères et inopportunes que celle de l'"Oxford Journals", celle qui met en évidence l'augmentation de cas de narcolepsie chez les adultes et les enfants, augmentation causées par la vaccination contre le virus H1N1 :  http://brain.oxfordjournals.org/content/136/8/2486.abstract.
.
 De Médiator aussi, il sera sns doute très peu question...
.
 Mais certains -dont ne font pas partie nos lecteurs assidus- se poseront sans doute une question : «comment peut-il se faire que ce monsieur auquel ces responsabilité dans l'administration publique ont été confiées essentiellement par la majorité précédente connaisse un tel retour en grâce actuellement, par décret signé du Président de la République» ?
.
Naïveté !
 Nos lecteurs assidus, eux, savent bien que dans la secte Gotique, les positionnements politiques n'ont rien de fondamental et que les réseaux s'étendent en tous sens car seule compte la haine du vin.
 C'est une constante depuis le début, depuis la loi Evin, et les principes mis en place par le gourou fondateur lui même.
Relire à ce sujet l'incontournable article de Jacques Berthomeau : "La stratégie du Go de Claude Got".
 En particulier la fin du 3° chapitre.
.

lundi 9 décembre 2013

Élus

Très intéressant, le dernier numéro du journal de l'Association Nationale des Élus de la Vigne et du Vin : http://www.elusduvin.org/news_images/PLV%20N%C2%B048-pdf_322.pdf.

 Notamment la 1° page sur laquelle est reprise , en 2° moitié de la colonne centrale, l'illégalité de la dernière campagne de l'INPES.
 Que des élus le disent, c'est peut-être un pas de plus vers le rétablissement de l’État de droit...
Cela peut même éventuellement déclencher quelque chose.
 Par exemple, et a minima; que Mme Marisol Touraine réponde aux questions que les parlementaires lui posent depuis bientôt 6 mois ?
 Voir notre article "Illégal".
 Au fait, en une dizaine de jours, Mr Le Foll a-t-il eu le temps de se renseigner ?
Voir notre article du 29/11/2013.
 Est-il au courant à présent ?
.

mercredi 4 décembre 2013

Double langage ? (1)

Nous avons dit dans notre dernier article que nous donnerions quelques exemples concernant la malignité de l'actuelle présidente de l'Institut national du Cancer.
Aujourd'hui nous allons produire un premier exemple et laisser aux experts en la matière le soin de déterminer si, en l'occurrence, on peut parler ou pas de duplicité.
 .
 Le 30 novembre, devant une salle acquise à la cause du vin, Mme Buzyn déclarait :
 «Je ne suis pas là pour dire"arrêtons de boire". D'ailleurs c'est souvent le thème des pamphlets que je lis par ci, par là.
 Non, personne en France ne souhaite dire "arrêtons de boire"».
Pour vérifier, cliquer sur ce lien :
http://www.youtube.com/watch?v=YiYuLR2T6aQ#t=5,.
Aller à 1h 35mn 22sec et écouter jusqu'à 1h 35mn 42sec.
.
 Donc, Mme Agnès Buzyn n'est «pas là pour dire "arrêtons de boire"» et personne en France ne souhaite dire cela.
.
Personne... sauf Mme Buzyn Agnès.
.
" Pas là", bien sûr, pas à Bordeaux et dans cette salle, pas à ce public en ce 30 novembre...
Mais "à tout le monde", il y a quelques mois sur France Info : «Je demande à tout le monde d'arrêter de boire».
 À 1mn 18s : http://www.franceinfo.fr/sciences-sante/la-survie-apres-un-cancer-est-de-plus-en-plus-longue-en-france-885107-2013-02-07.
.
 Amusant, non, amis lecteurs ?
Parce qu'alors, si l'analyse et la mise en perspective des propos de Mme Buzyn vous amusent, sachez que nous n'avons pas fini de nous y adonner et que vous n'avez pas fini de sourire !
.
 Cela étant dit, on pourra nous faire observer que cette dame a fait preuve d'un courage certain en répondant à l'invitation des organisateurs d'une telle manifestation.
 Et on aura raison, nous le reconnaissons sans problème.
Mais nous nous empressons d'ajouter qu'à titre de réciprocité, nous sommes prêts à comparaître devant un cénacle composé de toutes les personnes dont nous citons ici régulièrement le nom.
 Nous nous ferons alors un plaisir de leur indiquer ce que nous pensons de leur manière d'effectuer certains calculs.
Et d'accabler en permanence les causes déclinantes de désagrément sanitaire tout en épargnant soigneusement  les  facteurs QUI progressent et sont désormais prééminents.
 Mme Buzyn pourrait organiser cette rencontre, peut-être...

lundi 2 décembre 2013

À la légère

L'idée défendue
 Il serait, à nos yeux, terriblement imprudent de prendre à la légère le processus en cours visant à faire disparaître en catimini le Conseil de Modération et Prévention. (Voir nos articles des 25, 27 et 29 dernier ).

 Et quand nous disons en catimini, il semble bien que ce soit à l'insu même des parlementaires de la majorité !
Du moins selon informations que nous avons pu réunir.
. .
Le problème récurrent
 Bien sûr, il est classique que l'utilité des dispositifs finisse par ne plus être appréciée à sa juste valeur lorsqu'ils fonctionnent sans faire de bruit, et que les aberrations sont évitées discrètement au jour le jour.
 Ne fut-ce que par autocensure de ceux qui avaient l'intention de les mettre en oeuvre.
Prenons l'exemple de cette campagne de la Sécurité Routière citée comme un cas d'école dans la mémoire collective de la résistance oenophile -tous réseaux confondus-  en ce sens qu'elle était clairement discriminatoire à l'égard du vin :  http://www.elusduvin.org/news_images/securite-routiere-et-taux-d-alcoolemie-pdf_41.pdf.
C'était en 2002, donc avant la création du CMP (en 2006) et chacun s'accordera à dire que ce type de cas ne s'est plus produit depuis.
  Mais cela, hélas, sans aucune visibilité quant à ce rôle de prévention.
Passive en l'occurrence puisque un projet aussi ciblé n'a jamais été présenté.
.
Le contexte
 Nos lecteurs le savent bien : nous sommes à nouveau, comme il y a 5 ans dans une période de sombres manœuvres contre le vin.
Notamment à visées fiscales.
 Et comme il y a 5 ans, il semble bien que l'INCa se prépare à entrer en scène en utilisant une fois de plus le véhicule "Plan Cancer".
 Samedi dernier se tenait à Bordeaux une journée de débats autour du vin, événement nommé  "Vino Bravo".
Nous avons eu à cœur d'y être présents, notamment en sachant que Mme Agnès Buzyn, présidente de cet Institut National du Cancer devait intervenir avec d'autres de 15h30 à 17h... et que quelques informations pourraient y être recueillies.
 Bien nous en a pris !
Cette Mme Buzyn est une fine mouche et nous donnerons bientôt quelques exemples de sa malignité en relatant quelques unes de ses interventions et de ses réponses à la salle.
 Mais aussi maligne qu'elle soit, toute personne peut parfois avoir une absence, commettre une imprudence.
C'est ce qui arriva à Mme Buzyn lorsque d'elle même, sans que la question lui ait été posée, elle évoqua la présence éventuelles de mesures fiscales dans le prochain Plan Cancer.
 Il lui fut immédiatement demandé de développer un peu ce point pour le moins inquiétant.
Elle répondit qu'elle ne pouvait rien dire, le Plan Cancer étant en cours de finalisation.
 Effectivement, le lancement n'aura lieu qu'en 2014 selon ce qu'avait annoncé il y a un an le Président de la République lui même :
 http://www.plan-cancer.gouv.fr/preparation-du-3e-plan-cancer.html.
 D'ici là, il sera difficile d'en savoir d'avantage sauf gaffes... comme celle dont nous venons de faire état.
Mais nos lecteurs savent qu'ils peuvent nous faire confiance pour ce qui est d'ouvrir l’œil, tendre l'oreille et dilater les narines pour humer l'air du temps !
 .
Le risque
 Compte tenu de nos expériences passées, il est fort à craindre que l'annonce de mesures très désagréables à entendre, notamment sur le plan fiscal, ne soit précédée d'une préparation psychologique du public au moyen d'une effroyable campagne "ad vinum" sur le modèle de celle de 2009.
 Et que ce soit pour cela que l'on s'emploie actuellement à "faire sauter le filtre" que représentait le CMP.
Bien entendu, une telle campagne, comme en 2009, (Voir notre fiche "Exportations : 2009 atypique") coûterait cher à la France en termes de commerce extérieur, voire d’œnotourisme, mais nous avons affaire à des gens qui ont déjà largement prouvé que ce genre de contingences, ils s'en tamponnent le coquillard !
 .
Discussion
 On pourra nous objecter que CMP ou pas CMP, cela ne change rien puisque nous avons nous-même démontré que l'Institut National de Prévention et d’Éducation pour la Santé passer allègrement outre la légalité en ce moment même au moyen d'une campagne certes pas trop méchante, mais qui (à dessein ?) crée un précédent.
 Oui, mais on peut quand même espérer qu'il soit mis fin aux agissements de ces hors-la-loi là !
C'est le sens de la lettre adressée par Vin & Société à Mme Marisol Touraine, Ministre de la Santé.
 .
Que faire ?
  Si Mme Touraine se refuse à mettre rapidement fin à cet incroyable scandale, il faudra sans doute écrire à Mme Christiane Taubira, Garde des Sceaux, pour lui expliquer que l’État de Droit qui lui est aussi cher est gravement mis en danger avec notamment la bénédiction de l'une de ses collègues...
Et si rien ne se passe encore.. alors... il faudra envisager d'enrichir des avocats : nous nous refusons catégoriquement à désespérer de la République !
.