mercredi 3 juillet 2019

10 ans, ça suffit !



Article lié :
http://honneurduvin.blogspot.com/2019/02/10-ans.html.





~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
                                                        🍇  Adissiatz, amics legeires, e tenètz-vos fièrs !!!  🍷
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

`

lundi 1 juillet 2019

Détox

Nous avons déjà parlé ici de l'hydroxytyrosol et de son métabolite, l'alcool homovanyllique : http://honneurduvin.blogspot.com/2019/05/synthese-concernant-lalcool-benefique.html.
Mais on pourra nous dire : «D'accord, mais on peut aussi procurer ce précieux phénol à son cerveau et cela autrement qu'en consommant du vin.
Par exemple, pour éviter l'éthanol, en mangeant des olives.»
C'est vrai : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3316757/.

Par contre, en choisissant cette option, on risque de se priver de l'effet détoxifiant mis en évidence par une équipe du Centre pour la Neuromédecine Translationelle, Département de Neurologie du Centre Médical de l'Université de Rochester (USA)  : http://www.psychomedia.qc.ca/sante/2018-02-03/alcool-bienfait-cerebral.
Voici l'étude évoquée dans l'article : https://www.nature.com/articles/s41598-018-20424-y.pdf.

Cette détoxification est peut être à l'origine de l'effet anti-dépressif mis en évidence récemment par les scientifiques de l'Institute of Environmental Medicine Environnementale de Suède : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/acps.13034.
Confirmant ainsi, malgré la différence de latitude, une étude précédente : https://bmcmedicine.biomedcentral.com/articles/10.1186/1741-7015-11-192.

Actualité concernant l'hydroxytyrosol :
https://www.pressesante.com/lhuile-dolive-vin-rouge-pour-gagner-10-ans-en-esperance-de-vie/
La première étude citée dans cet article : https://academic.oup.com/cdn/article-pdf/3/Supplement_1/nzz031.P06-003-19/28825844/nzz031.p06-003-19.pdf.

Article lié (en lequel nous émettons notre point de vue : par l'intermédiaire du cerveau, l'hydroxytyrosol joue aussi un rôle très important dans la protection cardio-vasculaire) :
http://honneurduvin.blogspot.com/2019/06/reconciliation_4.html

Nota Bene :
Dès sa parution, cet article a été intégré à notre dossier "Œnoptimisateur cérébral".


`

vendredi 28 juin 2019

Calculs, cannabis, canicule

Canicule
C'est depuis un peu plus d'une année que M. Jérôme Solomon a été nommé Directeur Général de la Santé. 
Depuis la fin de semaine dernière, on l'a beaucoup vu sur les plateaux de télévision  intervenir pour donner des conseils aux français dans le cadre d'un épisode caniculaire annoncé. 
Parmi ces préconisations : pas d'alcool, d'accord. 
Mais aussi pas de boissons sucrées !
Voir (à 1 mn 15sec) cette vidéo : http://video.lefigaro.fr/figaro/video/canicule-les-indications-de-la-ministre-de-la-sante/6051516066001/.
Mais constater aussi qu'il est vraiment le seul à le dire !
Même le Secrétaire d'État chargé de la Protection de l'Enfance à aucun moment ne reprend cette recommandation. 
Et on n'en trouve pas trace non plus parmi celles qui sont illustrées dans les visuels largement diffusés. 
Par contre, on constate bien la présence d'un verre de vin rouge... apparemment bien chambré. 
Bon, c'est cocacompris les enfants ?
Pas de vin rouge !
Et pas la peine de lire ce tout récent article :  https://www.sciencesetavenir.fr/nutrition/trois-enfants-sur-quatre-mangent-trop-de-sucre_134843...

Cannabis
Difficile de croire que seul le hasard a généré cette concomitance !
C'était la semaine dernière et c'était pour promouvoir la légalisation du cannabis.
Un appel :
https://www.nouvelobs.com/societe/20190619.OBS14590/l-appel-de-70-medecins-elus-economistes-pourquoi-nous-voulons-legaliser-le-cannabis.html.
La proposition d'une structure officielle (en autosaisine) :
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/legaliser-le-cannabis-recreatif-la-proposition-choc-du-conseil-d-analyse-economique-20190619.
La proposition d'un groupe de députés :
https://www.liberation.fr/france/2019/06/19/des-deputes-de-plusieurs-bords-plaident-pour-une-legalisation-regulee-du-cannabis_1734865.
Bien entendu, nous n'entrerons pas dans le fond du débat : ce n'est pas notre rôle, 
Mais nous constatons seulement que l'on retrouve parmi les plus actifs promoteurs de cette idée de vieilles connaissances.
Des "spécialistes" des addictions, rarement muets lorsqu'il est question de taxes...
Or, en l'occurrence «la légalisation pourrait rapporter plus de deux milliards d’euros de recettes fiscales» :
https://www.france24.com/fr/20190620-france-economistes-legalisation-cannabis-economie-drogue !
Et, dans le débat, il fut souvent dit qu'«une partie de cette somme pourrait être affectée à la prévention».
Autre concomitance : depuis quelque temps, pas de vague médiatique à l'encontre du "divin breuvage"...
Difficile de courir deux lièvres à la fois, n'est-ce pas ?
Finalement, si le débat n'avait pas été clos si tôt...

Calculs
Pour établir, en 2013, la «Mortalité attribuable à l’alcool en France en 2009», l'équipe à laquelle appartenait Mme Hill avait pris pour référence un sondage organisé par l'INSEE en 2002-2003 portant sur la consommation d’alcool déclarée (11 g/jour) et la consommation de 27 g/jour estimée par le même institut pour 2009.
Ces dames avaient donc établi «un terme correctif égal à 2,4 (27/11)» : https://www.gustaveroussy.fr/sites/default/files/mortalite_alcool_france_2014.pdf.
Ensuite, à partir du taux brut de mortalité pour «abus d’alcool (y compris psychose alcoolique)» par le Centre d'épidémiologie sur les causes médicales de décès (CépiDc) de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et en multipliant par ledit «terme correctif», etc... etc... le chiffre de 49000 avait été obtenu. 
En 2019, nouveaux chiffres portant, cette fois ci, sur l'année 2015.
Même référence au sondage 2002-2003, mais le "taux CépiDc" a changé : il a baissé. 
Nouveaux résultat 41000 décès : http://invs.santepubliquefrance.fr/beh/2019/5-6/pdf/2019_5-6_2.pdf.
Comment, dans le futur, faire remonter ce chiffre ?
Le taux brut ?
Difficile !
Quoique, incompréhensiblement au vu de la baisse continue de consommation depuis 1963, cela c'est deja produit.
De 1998 à 1999.
De 4,3 à 4,7 (4,9 en 2005).
Ce qui a produit l'augmentation à 49000 pour 2009 depuis 45000 pour 1995 : http://www.hcsp.fr/docspdf/adsp/adsp-30/ad301417.pdf.
Mais bis repetita non placent.
Alors, pour l'avenir,  ce qui pourrait améliorer la performance, mieux vaut compter sur une évolution du «terme correctif».
Déjà, on nous dit que «comparées  aux  données  de  vente, les données d’enquête conduisent ainsi à une sous-estimation importante de la  consommation d’alcool, d’un facteur souvent compris entre 2 et 3» : http://invs.santepubliquefrance.fr/beh/2019/5-6/pdf/2019_5-6_1.pdf (page 90, milieu de la colonne de droite).
Entre 2 et 3 ?
Voyons,  euhhh....
2,9, ça pourrait le faire, non ?
Vérifions : 41000 / 2,4 × 2,9 = 49542.
Ah ouaiiiis !

Notre conseil 
Voulez-vous diminuer par 3 votre risque de décès attribuable à l'alcool ?
Débrouillez-vous pour être sondé et déclarez alors une consommation égale à trois fois celle que vous pratiquez réellement !
Suivant le principe du «terme correctif», ça devrait marcher...

lundi 24 juin 2019

Le problème c'est le nombre d'abstèmes !

Plus il y a de non-consommateurs de vin (ou abstèmes), plus le nombre de décès liés au vin est élevé. 
C'est en tout cas ce que l'on peut observer. 
Considérons ce tableau :


Et maintenant, mettons en face les proportions de non consommateurs et le nombre de décès pour cause d'«abus d’alcool (y compris psychose alcoolique)» selon le Centre d'épidémiologie sur les causes médicales de Décès (CépiDc) : http://cepidc-data.inserm.fr/cgi/broker.exe.
Soit :
1990 : 33% d'abstèmes pour 2814  décès,
1995 : 31% pour 2414,    
2000 : 33% pour 2903,   
2005 : 38% pour 3007,   
2010 : 38% pour 2906,  
2015 : 33% pour 2490.
                                       Significatif, non ?

Question
Nous avons eu l'occasion de constater que les nombres de décès liés à l'"alcool" allégués dans les différentes études auxquelles a participé Mme Hill reprenaient les chiffres du CépiDc en les affectant de coefficients variables mais toujours proches de 17.
Mais peut-être qu'en fait la methode utilisée consistait e à multiplier les chiffres représentant la proportion d'abstèmes aux années considérées par des coefficients proches de 1,3 ?


Notre avis
La proportion de consommateurs occasionnels ou réguliers traduit la capacité moyenne des citoyens à résister à l'effet nocebo des messages alarmistes émis par les chasseurs avides de subventions, contributions, partenariats, sponsoring, etc...

vendredi 21 juin 2019

Surcroît

Merci à ceux que nous combattons pour les informations que, parfois, ils nous fournissent !
Et bravo à celui de nos lecteurs qui nous a contacté après avoir pris connaissance récemment notre article du 13 mai dernier : http://honneurduvin.blogspot.com/2019/05/amertume-americaine.html.
C'était par téléphone et voici, en substance, la transcription de ses propos :
«Grâce à l'étude de la Northwestern University, je sais désormais que si je consomme un verre vin au cours de chaque repas, ce n'est pas pour son goût mais pour l'effet qu'il me fait et ça, ce passage de l'inconscient au conscient... c'est vraiment un surcroît de plaisir et de satisfaction !».
Bien vu : c'est évidemment encore mieux d'accéder en le sachant à tous les bénéfices physiques et psychiques de ses pratiques régulières.

Bénéfices physiques : c'est essentiellement en terme de longévité attestés depuis le French Paradox.
Quelques secondes de plus à chaque verre... dans les limites, à peu près, que respecte notre interlocuteur téléphonique. 

Bénéfices psychiques et intellectuels : voir notre dossier "Œnoptimisateur cérébral".
Un dossier que nous allons étoffer immédiatement en 5 points, ce qui permettra au présent billet, dès sa parution, d'y être intégré.

1) Favorisation de la créativité : article en français et étude-source (PDF).

2) Intelligence et consommation : l'œuf et la poule ?
Ne pas manquer les graphiques : https://www.psychologytoday.com/intl/blog/the-scientific-fundamentalist/201010/why-intelligent-people-drink-more-alcohol !

3) Au travail
Article-source en anglais : https://hbr.org/2018/05/drunk-people-are-better-at-creative-problem-solving.
Reprise en français : 
https://fr.express.live/boire-au-travail-est-une-bonne-chose/.

4) Un peu plus technique mais confirmation de la "courbe en J" (optimum : éthanol 0,5g/kg mais les quantités 0<g/kg<0,5 n'ont pas été testées).
Étude source : https://www.nature.com/articles/s41598-018-20424-y.
Commentaire en français : 
https://www.santelog.com/actualites/alcool-et-cerveau-une-consommation-moderee-fait-du-bien-au-systeme-glymphatique.

5) Le plus récent : confirmation des bienfaits de la "MedDiet"
Étude-source : https://n.neurology.org/content/neurology/92/14/e1589.full-text.pdf.
Article en français : https://technologiemedia.net/2019/03/10/une-saine-alimentation-protegerait-les-fonctions-cognitives/.

`

lundi 17 juin 2019

Sur un point, Trump n'a pas tort...

Une intelligence insuffisamment éclairée peut néanmoins, quelquefois, faire preuve de clairvoyance. 
Pourquoi disons-nous "insuffisamment éclairée" ?
Rappel : http://honneurduvin.blogspot.com/2018/09/mauvais-gout.html.
La semaine dernière, selon l'AFP, le président des États-Unis d'Amérique prononçait une phrase qui commençait ainsi : « La France taxe beaucoup le vin...».
Référence : https://www.boursorama.com/actualite-economique/actualites/l-emblematique-vin-francais-va-t-il-subir-les-foudres-de-trump-c5f8f22f31fbedec94f04f4fda578a8b.
Alors ça, c'est bien vrai !
Parmi tous les pays producteurs, le nôtre est le seul qui applique des droits de circulation au vin et surtout un taux de TVA totalement aberrant si on le compare aux boissons à sucre ajouté.

Notamment si ce sucre est du fructose, ce qui est le cas le plus fréquent. 
A propos du fructose, nous invitons nos lecteurs à visionner cette vidéo issue des Cliniques universitaires Saint-Luc, centre hospitalier universitaire de Bruxelles (en particulier les 2 premières mn) : 

On peut y entendre M. Etienne Sokal, chef du Service de gastroentérologie et hépatologie pédiatrique en ces  cliniques universitaires souligner la particulière vulnérabilité des enfants et la particulière responsabilité des sodas.
Le même ayant, dans une clarté imperceptible en France, prononce cette phrase : «Le fructose est à ce titre comparable à l’alcool, à la différence près que l’on y est exposé dès les premières années de la vie».
Phrase reprise par Paris Match... Belgique : https://parismatch.be/actualites/sante/280026/le-fructose-un-danger-pour-le-foie-des-enfants.
Et aussi par bien d'autres médias belges.
Heureusement que la Belgique fait partie de la francophonie !
Mardi dernier, c'était la seconde journée internationale de la NASH (Stéatose hépatique non alcoolique ou "maladie du foie gras").
À cette journée, un écho important a été donné... dans de nombreux pays.
Pas tous !

En France, la TVA appliquée aux sodas est dite à "taux réduit" : http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2033-PGP.html (voir 70).
Bon, il y a 10 ans déjà nous attirions l'attention sur ce fait que nous jugeons aberrant et depuis, c'est vrai,  certaines corrections ont été progressivement apportées : https://www.douane.gouv.fr/informations/bulletins-officiels-des-douanes?fichier=Contributions%20indirectes_18-070.pdf.
Mais, tous types de fiscalités confondus, beaucoup de chemin reste à parcourir avant que l'équilibre soit établi entre boissons «comparables»... «vu du foie», comme pourraient dire les "experts" que nous connaissons bien : https://www.sciencesetavenir.fr/sante/dans-une-tribune-9-experts-rappellent-que-vu-du-foie-le-vin-est-bien-de-l-alcool_121766.
«Zéro différence du point de vue du foie» pourrait ajouter Mme Buzyn.
Pourrait...
Quant à ajouter «à la différence près que l’on y est exposé dès les premières années de la vie»... ne rêvons pas trop, quand même !

Au fait, qu'en pense M. Trump ?
Quel type de boissons a-t-il administré à ses enfants dans leur prime jeunesse ?
Et quel type d'alimentation ?

mardi 11 juin 2019

Fonds

«...fixer  une  taxation  de  l’alcool proportionnelle à la quantité d’alcool responsable des dommages avec des recettes qui servent à alimenter un fonds dédié aux actions publiques de prévention  et de recherche dans le domaine  de  l’alcool» : https://www.oncorif.fr/wp-content/uploads/2019/02/Cancers_en_France-Essentiel_Faits_et_chiffres-2018.pdf (page 25, fin de la colonne centrale, début de celle de droite).
Ce document a été produit en février dernier. 
Peut-être une façon de commémorer les 10 ans de l'offensive de 2009 (voir "l'affaire de la brochure") ?

Depuis, des attaques, elle en a subi d'autres, «l'âme française», et des sévères, avec "vagues scélérates" médiatiques, et tout, et tout !


Mais finalement...
C'est après 2009 que la tendance à la baisse de consommation a commencé à ralentir.
Que le nombre de non-consommateurs a commencé à diminuer et que le nombre de consommateurs réguliers s'est quasiment stabilisé. 
À l'évidence, ce paradoxe est à analyser !
Existe-t-il un genre de "lien a contrario" ?

Prenons cette émission diffusée le 09/12/2018 : http://www.lcp.fr/emissions/etat-de-sante/290104-etat-de-sante.
Le passage qui nous intéresse plus particulièrement se situe de la 15ème minute à la 18ème.
On y apprend que les messages sanitaires (actions publiques de prévention) se révèlent contre-productifs !
Or, depuis le 09/12/2018, des attaques, nous en avons vu passer...
Souvent signées par les "emblématiques" que nous connaissons bien et depuis bien longtemps.

Question subséquente
Est-il incongru de se demander si le but est vraiment de faire baisser la consommation... ou si la taxation, n'est pas un but en soi ?

Une taxation «avec des recettes qui servent à alimenter un fonds»...

Un ou des fonds ? Et au fond... quels fonds ?




Article liéhttp://honneurduvin.blogspot.com/2019/04/emblematiques.html.

mardi 4 juin 2019

Réconciliation ?

Il n'est pas impossible qu'autour d'une position qu'on pourrait, en simplifiant, qualifier d'intermédiaire, nous
soyons à l'aube d'une réconciliation historique entre 2 courants thérapeutiques.
Celui dont la base est essentiellement biologique et celui qui intègre une part importante de données psychologiques, lesquelles sont par nature intangibles. 
En tout cas la voie est désormais un peu plus qu'entrouverte... si l'on veut bien ne pas oublier que la "psyché" a son siège dans le cerveau, organe physique et tangible, lui. 


1) Prostate
Voir cette toute récente étude : https://www.nature.com/articles/s41586-019-1219-y.
Que nous dit-elle ?
Qu'il est au moins une forme de cancer pour lequel, de manière observable (éventuellement même mesurable),  le cerveau favorise le développement de la tumeur et cela par l'émission de certaines cellules nerveuses.
Ce qui est susceptible de ne pas être sans conséquences dramatiquement aggravantes puisque « des cellules cancéreuses peuvent se propager de la prostate jusqu’à d’autres parties du corps. Cette propagation porte le nom de métastase.» : https://www.cancer.ca/fr-ca/cancer-information/cancer-type/prostate/if-cancer-spreads/?region=on.
Pour ceux qui souhaite en savoir plus sans avoir à acheter l'étude, lire cet article assez complet : https://www.franceinter.fr/societe/le-role-determinant-joue-par-le-cerveau-dans-le-developpement-du-cancer-de-la-prostate.

2) Cœur
Des études de plus en plus nombreuses font état d'un lien attestable entre santé du cœur et santé du cerveau. 
Exemple ("full text" gratuit) : https://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2697697.

3) Alimentation
Nos lecteurs connaissent bien, et depuis des années, les bienfaits de ce que pour notre part nous appelons l'«alimentation gréco-latine».
Cela au travers d'autres dénominations telles que «diète méditerranéenne» ou «régime crétois».
Le rôle anti-oxydant des polyphénols apportés notamment par une consommation régulière et modérée de vin et d'huile d'olive intégrés aux repas a été maintes fois souligné.

4) Un alcool à l'effet bénéfique incontesté par qui que ce soit 
Voir impérativement notre synthèse : http://honneurduvin.blogspot.com/2019/05/synthese-concernant-lalcool-benefique.html.

5) Questions
Et si c'était le cerveau qui "décide" que se produisent ou non des dysfonctionnements dans le corps ?
Et si une alimentation variée -et comportant notamment une part d'hydroxytyrosol- était, aussi bien que pour le reste du corps, souhaitable pour le cerveau ?
En tenant compte, évidemment, que rares sont les molécules aptes à franchir la barrière hémato-encéphalique.
Cette bonne nutrition, en conférant au cerveau un meilleur bien-être global, ne pourrait-elle lui éviter de prendre parfois des "décisions" regrettables pour l'organisme ?
Et, dans le même contexte, ne peut-on pas aussi penser à une meilleure synergie, à un meilleur "dialogue", quand toutes les organes sont "irrigués" par la même substance bénéfique ?
Un autre chemin pour le "French Paradox" ?

6) Mais attention !
Ce ne sont que des questions...


Petit supplément concernant cette fois-ci l'éthanol, autre membre de la "famille alcool", et non plus directement le cerveau mais son "contenu"
La consommation modérée engendre un risque de dépression moins élevé que la consommation excessive... mais aussi que la non-consommation !
Référence : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/acps.13034.


Nota Bene
Dès sa parution, cet article sera intégré à notre dossier "Œnoptimisateur Cérébral".


Annexe (Figures)
1) De 1980 à 2005, le nombre d'abstèmes a doublé. 
Depuis il régresse. 

2) De 1980 à 2005, le nombre d'incidences de cancer de la prostate a été multiplié par 5.
Depuis il régresse. 

`

`

jeudi 30 mai 2019

Synthèse concernant l'alcool bénéfique

Comme nos lecteurs le savent bien depuis qu'ont été
révélés les bienfaits de l'alimentation méditerranéenne, le vin contient nombre de flavonoïdes et polyphénols plus qu'intéressants pour le corps : delphinidine, resvératrol, etc...
Mais aussi, et peut-être surtout, l'hydroxytyrosol qui semble bien être le seul capable de franchir la fameuse hémato-encéphalique.
Rappel : Paul Claudel disait que le vin est «le libérateur de l'esprit et l’illuminateur de l’intelligence».
Répondons par anticipation à une remarque : «mais il y a déjà le glucose pour alimenter le cerveau».
Certes, mais nous parlons là d'un apport supplémentaire à la simple alimentation. 



Cela étant dit, il ne faut surtout pas négliger l'effet protecteur direct du principal métabolite de l'hydroxytyrosol, lequel porte le nom d'ALCOOL HOMOVANILLIQUE (ou 3-O-méthyl-hydroxytyrool).
Il est connu pour exercer un effet puissant que les maladies cardio-vasculaires et la mortalité totale. 
Référence : https://academic.oup.com/ajcn/article/105/6/1297/4668661.
L'hydroxytyrosol est contenu dans le vin est l'huile d'olive. 

Il est intéressant de comparer, à latitudes et fuseaux
horaires proches, le gain d'espérance de vie obtenu à 65 ans par rapport à l'espérance de vie à la naissance
Cela dans des zones où, pour des raisons historiques, il est consommé régulièrement et en association avec les repas
   a) du vin et peu ou pas d'huile d'olive,
   b) de l'huile d'olive et peu ou pas de vin
   c) du vin et de l'huile d'olive.
On se rend facilement compte -notamment exemple français à l'appui- que la 3ème option est la plus souhaitable.

lundi 27 mai 2019

Votes

Département comptant le plus de cavistes par habitant : Côte d'Or (21 ≈ 1/2800)
Préfecture : Dijon (environ 1/11000)
Département en comptant le moins : Seine-Saint-Denis (93 ≈ 1/55000), dont la préfecture, Bobigny, est la seule de France à n'en compter aucun : 0 !
Or, de manière constante, nous pensons logique de considérer le nombre de cavistes par habitants comme indicateur des taux locaux d'œnoculture : http://honneurduvin.blogspot.com/2016/09/cavistes.html.

Scrutin d'hier : participations
Moyenne nationale : 50,4%
Dijon : 52,96% (Côte d'Or : 54,12%
Bobigny : 29,58% (Seine-Saint-Denis : 39,40%)
   N.B : Nous ne disposons pas d'une moyenne nationale des préfectures, mais tout laisse à penser qu'elle est nettement inférieure à la moyenne nationale globale... tout comme le nombre de cavistes par habitants dans les 2 cas considérés ci-dessus.
   Anecdote emblématique
Vendredi dernier, dans une commune de Loire-Atlantique, un caviste prenait une initiative originale : https://actu.fr/pays-de-la-loire/montagne_44101/a-montagne-verre-vin-offert-on-vote_24000530.html.


Se souvenir toujours que le suffrage universel ne s'use que si l'on ne s'en sert pas.
Cela sachant qu'à nos yeux conscience citoyenne et œnoculture sont liées.
Car nous n'oublions pas que selon Cicéron, "La République" de Platon est le premier livre de philosophie politique, la source du concept qui sera repris dans notre pays plus de 2000 ans plus tard. 
Or, Platon, dans ses œuvres, ne fait en fait que rapporter les propos de Socrate, lesquels étaient tenus au cours de symposia [pluriel de symposium du grec ancien συμπόσιον, symposion (« banquet, festin »), déverbal de συμπίνω, sympino (« boire ensemble »)].
Si l'idéal républicain est né, c'est donc aussi parce que le vin est «le libérateur de l'esprit, l'illuminateur de l'intelligence» (voir ci-dessous).
Par conséquent, leurs destins sont liés.
Du coup, le taux de participation communiqué hier soir peut inciter les défenseurs du divin breuvage à un certain optimisme en attendant l'an prochain. 
Pourquoi ?
Voir notre article précédent : http://honneurduvin.blogspot.com/2019/05/abstinentionnisme-dans-quel-sens.html.




ujourd'huiACTUALITÉ POST-ÉLECTORAL
Ce matin à 5h 
Pas sûr que tout le monde se réjouisse autant que nous !
https//sante.lefigaro.fr/article/alcool-les-lobbys-cesseront-ils-de-polluer-le-debat-public/
Certains ont peut-être fait la même analyse que la nôtre... et tentent éventuellement d'exploiter le plus rapidement possible ce qu'ils pensent être un moment de fragilité !
Des "certains" que nous ne connaissons que trop bien et depuis trop longtemps : des "stars" du lobbhygiènisme taxœnomane.


vendredi 24 mai 2019

Abstinentionnisme : dans quel sens ?

Qu'en sera-t-il de la participation au scrutin qui se déroulera après-demain ?
Analysons les données parallèles aux chiffres afférents au précédent, celui organisé en 2014 dans le même cadre (élections européennes).  
Le tableau ci-dessus nous rappelle qu'en 2014, après une longue periode de baisse, le taux de participation passait de 41,6% (2009) à 42,4%.
L'année suivante, l'enquête France Agrimer nous apprenait que la baisse du nombre de consommateurs réguliers de vin était en train de se tasser.
Et surtout que le nombre d'abstèmes avait considérablement diminué au cours de la période quinquennale s'achevant : en moyenne - 1% par an !
La réponse à la question posée en entame du présent billet sera donc susceptible de nous inciter à l'optimisme... ou pas !

`

lundi 20 mai 2019

Titulaire ?

S'il est une personne prenant connaissance de ces quelques lignes qui se trouve être titulaire d'un "compte Mon
Figaro", il lui est possible de réagir à cet article paru hier : http://sante.lefigaro.fr/article/pollution-de-l-air-que-sait-on-de-ses-effets-sur-la-sante/.
Cela à seule fin que l'état des connaissances de son auteure puisse bénéficier d'une "mise à jour".
Pour être plus précis, cette réflexion concerne la phrase suivante : «Particules fines, monoxyde de carbone, ozone, dioxyde d’azote et de soufre sont responsables de 48 000 décès par an en France, faisant de la pollution la troisième cause de mortalité derrière le tabac et l’alcool.»
L'hyperlien renvoyant à un communiqué de presse émanant de Santé Publique France et daté du 21 juin 2016.

Et maintenant, en voici un autre, de communiqué de presse émanant de Santé Publique France, beaucoup plus récent celui-ci (19 | 02 | 2019) : https://www.santepubliquefrance.fr/Accueil-Presse/Tous-les-communiques/Alcool-et-sante-Sante-publique-France-s-engage-dans-une-strategie-de-reduction-des-risques.
On peut y lire cette phrase : «Les nouvelles estimations confirment par ailleurs l’impact toujours très élevé de l’alcool sur la mortalité, puisque 41 000 décès lui sont attribuables».
Or, 48/41 ≈ 117%, n'est-ce pas ?

Il est vrai qu'un peu plus bas dans ce même second communiqué, SPF ajoute « l’alcool reste aujourd’hui la deuxième cause de mortalité»... mais en ajoutant immédiatement le mot «évitable» !
Ah bon ?
Parce que la pollution de l'air n'est pas évitable ?
C'est cela la position de cet «établissement public administratif sous tutelle du ministère chargé de la Santé» ?
Mais alors dans ce cas, pourquoi son communiqué premier cité (21 | 06 | 2019) parle-t-il dans sa dernière partie de «mesures possibles» ?
Ni cohérent ni bien rigoureux !

Mais en vérité quelle rigueur peut-on attendre de tout texte en lequel le mot "alcool" est employé à la place d'"éthanol" ?
Ajoutant ainsi «au malheur du monde»...

`

vendredi 17 mai 2019

"Oubli"

L'actualité nous fournit l'occasion de mettre en évidence un exemple de "rattrapage" en médias.  
Cela en rapport avec le sujet traité dans ce blog la semaine dernière : http://honneurduvin.blogspot.com/2019/05/et-ca-devoie-et-ca-devoie.html.
L'étude menée en Chine dont il est question dans ce précédent article a donné lieu à information dès le début du mois d'avril. 
Exemple : https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/28776-Meme-moderee-consommation-d-alcool-protege-l-AVC.
Mais à ce moment là, le thème n'avait pas été mis à profit pour "flinguer" le French Paradox... et le "divin breuvage".

Il est donc imaginable que, dans les milieux œnophobiques, décision a été prise "sur le métier de remettre l'ouvrage".
D'autant plus qu'entre temps des réponses intéressantes étaient parues dans la presse francophone. 
Au Québec, par exemple : https://lactualite.com/actualites/leffet-protecteur-dune-consommation-moderee-dalcool-est-remis-en-question/.
Ou en Suisse aussi : https://www.bilan.ch/opinions/jean-charles-estoppey/dangers-de-lalcool-encore-une-etude-inapplicable-a-la-suisse.
En France, berceau de la francophonie, ce ne fut pas le cas... ce qui n'est hélas pas surprenant !

Toujours est-il qu'un mois plus tard, un monsieur publiait une tribune dans "The conversation" dont le titre
French paradox» : une consommation modérée d’alcool n’a pas d’effet protecteur], annonce un développement qui, cette fois-ci, comporte à de nombreuses reprises le mot "vin" : https://theconversation.com/french-paradox-une-consommation-moderee-dalcool-na-pas-deffet-protecteur-114853.
De manière amusante, ce titre sera repris 4 jours plus tard par un autre média en ajoutant un gros "NON" en lettres capitales. : https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/french-paradox-non-une-consommation-moderee-d-alcool-n-a-pas-d-effet-protecteur-816339.html.
Et puis bien d'autres reprendront les propos du monsieur en question.
Nos lecteurs pourront en retrouver certains dans notre revue de presse (signalés par ceci : ). 

Simple "oubli" dans ces reprises, personne n'a pensé à signaler que l'auteur de la tribune originelle avait, pour le moins que l'on puisse dire, quelque chose à voir avec l'ANPAA : http://sos-addictions.org/l-association/comite-scientifique/dr-philippe-arvers (voir fin de la rubrique " Investissement associatif").
Et de l'ANPAA en général, les défenseurs de l'«âme française» ne peuvent raisonnablement attendre un discours très différent de celui tenu là...

NOTA BENE
Nous avons la faiblesse de penser que, dans notre billet précédemment cité, celui de vendredi dernier, réponses ont été apportées aux divers points développés par le monsieur dont il est question ici.
Mais celui-ci fait exception : «Autre argument souvent
entendu : le vin n’a pas les mêmes effets que les autres alcools. À ce sujet, il faut signaler que, si de nombreuses études se sont intéressées à l’incidence éventuelle du type de boisson (vin, bière, etc.) sur la mortalité cardio-vasculaire, rien de probant n’est sorti de ces travaux. Aucune étude n’a été en mesure de démontrer de différence entre les conséquences de la consommation de vin et de bière par exemple.»
Il est facile de répondre. 
Pour ne pas trop alourdir ce billet, nous le ferons donc ultérieurement.  
Mais en attendant, remarquons au passage que l'homme est de ceux qui ne craint pas d'«ajouter au malheur du monde».
Référence : http://honneurduvin.blogspot.com/2019/03/pluriel-et-camus.html.

`

lundi 13 mai 2019

Amertume américaine

Voici un bel exemple de "réorientation" d'une information après traversée de l'Atlantique.

Début mai dernier, une équipe de scientifiques en
génétique américains de la Northwestern University (Illinois) publié une étude scores le nom de "A genome-wide association study of bitter and sweet beverage consumption".
En voici l'"abstract" : https://academic.oup.com/hmg/advance-article-abstract/doi/10.1093/hmg/ddz061/5424254#134327539.
Et voici un article du NorthwesternNow en donnant commentaire : https://news.northwestern.edu/stories/2019/05/why-you-love-coffee-and-beer/.
On voit bien que l'objet de la recherche portant sur la raison pour laquelle un grand nombre de personnes éprouvaient du plaisir à consommer des boissons amères ou sucrées, ces 2 saveurs concernant «la plupart des boissons» exceptée l'eau potable. 
Le goût pour l'amertume pouvant être considéré comme «contre-intuitif» ou non-naturel, puisque les enfants ne l'éprouvent absolument pas. 
C'est à ce titre que le café et la bière sont particulièrement cités. 
Même si dans le groupe des boissons au goût amer ont été également inclus thé, jus de pamplemousse, vin rouge et liqueur*.

Bref, ce que l'étude a montré, c'est que les préférences gustatives pour les boissons amères ou sucrées ne sont pas basées sur des variations de nos gènes gustatifs, mais plutôt sur des gènes liés aux propriétés psychoactives de ces boissons.
De CES boissons, notons-le au passage...

Et  maintenant, voyons ce qu'en dit l'AFP de Washington : https://www.france24.com/en/20190502-people-love-coffee-beer-buzz-not-taste-study.
Un commentaire additionnel indique que l'ensemble des résultats obtenus dans cette étude pourraient éventuellement aider les chercheurs à trouver des moyens d'intervenir lorsque les types de consommation deviennent nuisibles à la santé.
Et puis, juste avant de finir, quelques chiffres sur le nombre de maladies et de décès qui seraient liés à l'alcool. 
On peut envoyer à Paris.

Et dès le lendemain, en France, le relais est pris.
Et le vin est associé à la bière et au café dans le titre... et laissé seul sur la photo, juste sous le mot "ivresse" (qui ne figure pas dans l'étude) : https://www.francetvinfo.fr/sante/drogue-addictions/cafe-biere-et-vin-ce-n-est-pas-leur-gout-mais-l-effet-sur-votre-cerveau-qui-vous-attire_3427065.html
Par contre, là, si dans le titre on retourne à la seule bière, le mot "ivresse" est tout de suite plus visible :  https://www.lest-eclair.fr/id63313/article/2019-05-07/la-science-parle-les-gens-aiment-la-biere-pour-livresse-pas-pour-le-gout.
Au premier verre ?
A la première goutte ?

Et le "pompon" pour cet article suisse : https://www.arcinfo.ch/articles/lifestyle/sante/sante-les-genes-ont-parle-on-aime-le-vin-pour-l-ivresse-pas-pour-le-gout-838028...
Plus de bière,  plus de café : l'amertume c'est le vin !
Or, pour nous et selon un avis compétent, lorsqu'un vin rouge est amer, c'est qu'il a un défaut.
Ce qui est quand même assez rare. 
D'ailleurs, dans l'avant-dernier article mentionné, à partir du moment où les caractères sont plus fins et de moins grande taille, il est question de «vin corsé» et de «goût particulier».
Et concernant les liqueurs, nombreuses sont celles dont la saveur s'apparente plutôt au sucré qu'à l'amer, n'est-ce pas ?


Le tour est joué, reste plus qu'à attendre, sous la signature de l'une quelconque de nos vieilles connaissances, la prochaine "étude" sur le thème : «il faut sur-taxer le vin... comme ils disent dans l'Illinois» ?

`
`

vendredi 10 mai 2019

Et ça dévoie, et ça dévoie !

Décidément, ça n'arrête pas en ce moment !
Pas plus tard qu'avant-hier, le thème était la remise en cause du French Paradox à la lumière d'une toute récente étude menée en Chine et parue dans The Lancet.
Donnons un exemple parmi d'autres :  http://www.slate.fr/story/176733/alcool-french-paradox-consommation-moderee-effet-protecteur
(voir photo, 2ème phrase et dernier paragraphe).


Or, le French Paradox (S. Renaud, de Lorgeril, Wine, alcohol, platelets, and the French paradox for coronary heart disease, The Lancet, vol. 339, 1992) mettait en évidence le rôle joué par la consommation de vin rouge dans la protection contre les maladies cardiovasculaires.
Cela, soit dit en passant, si cette consommation s'effectuait à la manière française de consommer le vin, c’est à dire à table, régulièrement, et en quantité modérée. 
Modération et régularité : les principes auxquels nous sommes indéfectiblement attachés !
Sans oublier notre préconisation constante : la dissolution dans le bol alimentaire (poids d'éthanol pur  1 % du poids total).

Bien ! Revenons maintenant à l'"étude chinoise". 
La voici : https://www.thelancet.com/action/showPdf?pii=S0140-6736%2818%2931772-0 (PDF).
Première phrase du dernier paragraphe de la colonne de gauche, page 1841 : «Since participants reported drinking mainly spirits, the effects of other drinks (eg, red wine) could not be assessed
Traduction : « Étant donné que les participants ont déclaré boire principalement des spiritueux, les effets d’autres boissons (par exemple, le vin rouge) n’ont pas pu être évalués.»
                                                          Est-il besoin d'en dire plus ?
Juste une précision peut-être : la boisson éthanolique la plus consommée par les Chinois est le baiju...

Nota Bene
L'article ci-dessus cité à titre d'exemple comporte également une référence à une "démonstration" provenant d'«une équipe de l'Université de Victoria, au Canada».
Cette "méta-analyse", était parue en mars 2016.
Nous en avions parlé le mois suivant : http://honneurduvin.blogspot.com/2016/04/les-13-survivantes.html.

``