vendredi 6 novembre 2015

Sous-main

En début de semaine prochaine, nous allons probablement assister à un nouveau rebondissement dans "l'affaire de l'amendement".

1) Résumé des épisodes précédents.
Depuis le mois de mars dernier, de courageux parlementaires des 2 chambres se battent contre la potentialité de censure absolue à l'égard du vin fournie à certaines organisations au titre d'une lecture radicale de la loi Êvin.
Une potentialité parfois déjà partiellement mise en œuvre et induisant une certaine forme d'autocensure dans les médias.
Ces élus ont démontré qu'ils représentaient une opinion majoritaire au sein du parlement,  les 2 chambres confondues.
Très clairement au Sénat, d'une manière moins tranchée a l'Assemblée Nationale.
Pour sortir d'une situation un peu compliquée, le gouvernement lui même, très probablement impulsé par l'Élysée, déposait un amendement allant dans le sens souhaité par le peuple et ses élus.
C'était en juin et l'amendement, tout à fait satisfaisant, fut adopté,  bien entendu.
Par la suite, malheureusement, le Conseil Constitutionnel a jugé bon de le "retoquer".
En septembre, ce même amendement a été réintroduit au Sénat contre l'avis de Mme Touraine,  ministre de la Santé, cette dernière allant contre toute évidence jusqu'à nier qu'elle avait correspondu à la volonté du gouvernement !
Voir la fin de notre article "Magie et historiens".

2)Futur très proche
Nous en sommes là et la semaine prochaine le dossier va "rebondir" puisque le projet de loi de santé passe à l'Assemblée Nationale.
En effet,  dès le début de la semaine prochaine il va être examiné en commission des affaires sociales.

3) Demande
Si Mme Touraine ou les personnes qu'elle fera agir en sous-main affirmaient que l'amendement dont nous parlons ne correspond plus à la volonté ni de l'état ni du gouvernement, nous leur demandons d'en apporter la preuve en produisant les propos du Président de la République ou du Premier Ministre qui sembleraient corroborer leur affirmation.

4) Faute de quoi...
Si cela leur était impossible, chacun pourrait considérer que les personnes en question agissent en décalage avec la volonté du gouvernement... ce qui, concernant Mme la ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des Femmes, devrait amener à prendre la mesure qui s'impose !

5) Question
Ne peut-on penser que chaque fois que le nom de Mme Touraine est prononcé dans les médias auxquelles toute communication sur le vin est pratiquement interdite, notamment la télévision, cela constitue une forme de promotion clandestine de l'AOP du même nom ?
Si la réponse est oui, est-il permis de l'appeler tout simplement Marisol ?
Un peu familier, certes, mais tellement plus œnophobiquement correct !

Petits suppléments hors sujet (quoique)

1) Pépite
Écouter l'éminent professeur Didier Raoult de la 3° à la 4° minute : http://www.lcp.fr/emissions/etat-de-sante/vod/171362-idees-recues-sur-la-sante !
Il faut savoir être beaux joueurs : le fait que ces propos n'aient pas été censurés par les responsables d'une émission avec laquelle nous avons parfois eu à polémiquer doit être salué.

2) Objectif constant (version de ce matin même)
Surtaxer le vin : http://rmc.bfmtv.com/mediaplayer/video/guenole-du-concret-il-est-urgent-de-briser-le-tabou-sur-la-gravite-de-l-alcoolisme-en-france-0611-688515.html (à 2mn 45sec).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire